You are currently browsing the category archive for the ‘Industrie’ category.

06h00: Petit déjeuner. Sucré, toujours.

08h30: Le chocolat du matin, du ballotin offert par les fournisseurs.

09h10: Visite surprise de mon ancienne technicienne, venue avec un gâteau au chocolat maison.

09h25: Seconde part « parce qu’il faut finir ».

14h45: Galette des rois entre collègues.

15h20: Seconde part « parce qu’il faut finir ».

16h00: Surprise de ma moitié: gâteau aux noisettes.

20h00: Après un repas léger, seconde part, « parce qu’il faut toujours finir un repas par du sucré ».

Sur la route nous conduisant au cinéma:

Moi> Oh?

Lui> Quoi?

– Le type qu’on vient de dépasser là, sur le trottoir, je suis surpris de le voir dehors.

– Pourquoi?

– C’est un ancien opérateur de chez nous, il a tué sa belle-mère à coup de fusil le mois dernier, il était censé être en prison.

– Oh.

[…]

– Tiens?

– Quoi?

– La voiture que tu viens de dépasser, je comprends pourquoi elle roulait si peu vite.

– Ah bon?

– C’est aussi un ancien opérateur. Il n’a jamais eu de permis de conduire.

– Il l’a peut-être passé depuis?

– Il a essayé, mais il l’a raté. Sa dernière tentative étant de la semaine dernière, je ne pense pas qu’il l’ai eu entre temps.

– Oh.

[…]

<soupire>

– Hm?

– Tu vois la voiture au stop à la sortie du chemin de l’usine?

– Oui, et?

– A cette heure là il ne devrait y avoir personne, ça c’est un opérateur qui gruge sur son temps de travail: il part une demie-heure plus tôt.

– Ah… Et il a le droit?

– Non. Ils en profitent car personne n’est là pour les surveiller à cette heure là. On le sait, mais tant qu’on ne les prends pas sur le fait… Enfin pour celui là, on en reparlera demain.

– Oh.

Un intérimaire m’apprend qu’il veut arrêter son contrat chez nous. Lorsque je lui en demande la raison, il me répond:

– J’aime bien mon boulot, mais on ne gagne vraiment pas assez chez vous. A la fin du mois je n’ai pas grand chose sur mon compte en banque.

– Tu sais, en ayant été absent trois fois cette semaine, une fois celle d’avant et deux fois encore la précédente, c’est sur que tu n’auras pas grand chose à la fin du mois. Travailles tous les jours et tu verras que ton compte en banque s’en portera bien mieux.

– Ben voilà! C’est justement pour ça qu’il me faut un meilleur salaire! Pour compenser les fois où je ne suis pas là!

– … ok. Et bien bon courage pour la suite de ta carrière professionnelle 🙂

Recevant un coup de téléphone d’un commercial au boulot:

– Bonjour, je suis monsieur X, société Y.

– Oui, bonjour.

– Je suis nouveau sur le secteur et on m’a dit que vous avez déjà travaillé avec nous par le passé, aussi je me permets de vous recontacter.

– Société Y? Ca ne me dit rien du tout. Vous faites quoi au juste?

– Ben, nous vendons toutes sortes de … de produits chimiques.

– Oui mais encore?

– Ben je sais pas, notre catalogue est vaste, nous avons toute sorte de produits chimiques. Nous avons travaillé ensembles pas le passé, ça ne vous dis rien? Société Y.

– Non, mais ça ne fait que six ans que je travaille ici. Je suppose que c’est antérieur. Attendez, j’ai ma technicienne avec moi, je lui demande […] Allo? Oui, ben non, ça ne lui dit rien non plus, et elle est là depuis les années 80, elle. Vous ne pouvez vraiment pas me dire ce que vous nous vendiez à l’époque?

– Heu… ben… heu… des produits … chimiques …

– Oui mais lesquels? Je n’en utilise pas qu’un vous savez. [j’énumère les principaux que j’utilise]

– Heu … non, ça ne me dit rien tout ça.

– Bon, et vous ne savez absolument pas ce que vous pourriez me vendre qui soit un tant soit peu utile à notre process? Vous connaissez vos produits, non?

– …

– … ok. Bien, peut-être avez-vous un site internet?

– Oui! Voilà! Faisons ça! Allez sur [le site] vous verrez notre catalogue. Vous pourrez voir ce qui vous convient et je vous recontacte la semaine prochaine.

– Voilà, on fait ça.

– Bonne fin de journée et à la semaine prochaine alors, au revoir! 

Voilà voilà. Ça c’est du commercial sachant vanter le mérite de son entreprise et de ses produits. Vous voulez savoir le pire? Je suis tout de même allé sur leur site, histoire de ne pas passer à côté d’une éventuelle opportunité. Il est intégralement en allemand, et même si j’en ai quelques notions, quand on part dans le technique je suis vite perdu. Il y a bien un petit drapeau anglais pour traduire le site dans une langue plus coutumière, mais le lien ne marche pas. Quant au commercial, il a sans doute perdu notre numéro, je n’ai plus jamais eu de nouvelles de lui ou de sa société.

Que penser d’un stagiaire qui:

– Vous dit textuellement « vous pouvez abuser de moi, n’hésitez pas »,

– Vous offre des chocolats le jour de la saint valentin,

– Vous parle sextoys entre deux boulots ?

Bon, ok, l’abus concernait un boulot supplémentaire que je lui ai confié, la saint valentin coïncidait avec la fin de son stage et les menottes étaient pour sa copine. Mais quand même.

– Pff! Lui, il ferait mieux de retourner dans ses champs de coton, il ferait un meilleur travail !

– Vous dites ça parce qu’il est noir? J’en connais qui feraient mieux de retourner bâtir des murs, ils raconteraient moins de conneries.

– Vous dites ça parce que je suis portugais? Ça n’a rien à voir! C’est une honte !

Cette conversation mise à part mais en gardant un lien avec le sujet, j’ai vu Django Unchained dernièrement. Du vrai bon Tarantino comme il n’en avait plus fait depuis bien longtemps. Christoph Waltz est décidément un très bon acteur. Je n’ai pas vu le temps passer malgré la durée du film, à part peut-être sur la scène interminable et totalement facultative du traditionnel bain de sang obligatoire de Tarantino.

Et dans un autre genre mais toujours en relation avec le sujet, j’ai aussi vu « Lincoln ». J’ai apprécié également, Daniel Day-Lewis est parfait dans ce rôle.

       

Je vais me répéter un peu avec cette note, mais que voulez-vous, c’est l’actualité qui m’y force.

Alors que je relayais l’information du terrible cartel des farines (démenti par les accusés) , d’autres ont pris le relais. Le terrible cartel des telecoms, qui avait déjà sévit en 2005, en soupçonné de récidive.  (Tiens? Quel illustre blogueur disait que des amendes n’empêcherait pas la récidive récemment?). Plus loin de chez nous, un odieux cartel de l’automobile a été démasqué au japon.

Je suis curieux de savoir quel sera le prochain à se faire attraper. Les paris sont ouverts!

Une nouvelle qui ne surprend même plus mais qui fait se poser certaines questions :

Après l’acier, les lavabos, les banques et la lessive – j’en oublie peut-être – voici que le cartel de la farine a été sanctionné pour entente sur les prix. Le surcout évalué pour les consommateurs est de l’ordre de 11%.

On peut imaginer qu’en temps de crise, l’union européenne essaie de récolter des fonds un peu partout et regarde de plus près les pratiques douteuses des industriels. Mais pourquoi avoir attendu tout ce temps ? Quand ça va bien on a le droit de laisser les consommateurs se faire flouer ? Et quels produits sont encore impactés par ce genre de pratiques ? On les imagine nombreux.

Mais surtout, quelles mesures sont mises en place pour éviter une nouvelle dérive ? Car il ne faut pas se leurrer, cela recommencera. Des amendes, lourdes, sont infligées aux entreprises. Bien. Quelles en sont les conséquences ? Théoriquement moins d’argent pour les actionnaires, mais dans la pratique, un nouveau tour de vis est effectué sur les entreprises, avec gels de salaires, chômage, fermeture de sites. Au final, l’actionnaire s’en met toujours autant dans les poches, les seuls victimes sont encore les opérateurs de base qui du coup ont payés deux fois pour cette escroquerie. La première en faisant leurs courses, la seconde en payant pour rembourser les crapuleries d’une poignée. Et puisqu’au final cela n’aura pas impacté l’actionnaire, pourquoi ne pas recommencer ?

Parcourant divers magazines relatifs au milieu industriel, je suis tombé sur un article dédié aux meilleurs ingénieurs de l’année. Un français, Jean-Vincent Hong, a reçu le prix spécial du jury pour ses talents de dompteur de microdrones.

C’est pour une toute autre raison qu’il a attiré mon attention:

Autre article et autre photo ici. Et pour les plus curieux qui voudraient savoir comment il entretien tout ce qui n’est pas cérébral chez lui, quelques éléments de réponse ici.

Mes félicitations monsieur.

Les lavabos, l’acier, les banques … et maintenant la lessive. Les cartels s’entendant sur les prix pour faire payer le prix fort aux consommateurs tombent peu à peu, mais combien en reste t-il encore? Combien passeront inaperçus? Combien recommenceront?
En tout cas entre les cartels qui se sont engraissés depuis des années, Bruxelles qui en profitent pour infliger des amendes bienvenues, les seuls lésés sont toujours les mêmes …

Archives