Revenant de Troyes où je venais de me faire débroussailler la tête, j’ai croisé un drôle de convoi: trois camions de pompiers, tous gyrophares allumés, suivis de deux voitures de police et de deux ambulances. Le nombre assez conséquent de ces véhicules multicolores est relativement inhabituel par ici. Pour mobiliser autant de troupes (c’est au moins la moitié des forces du département), je ne vois que deux mobiles possibles:

– Un rallye sauvage pompier contre ambulanciers et policiers était organisé.

– Des terroristes se sont emparés d’une arme nucléaire qu’ils ont fait sauter dans cette zone stratégique qu’est l’Aube. Au moins.

Peu importe. Cette parade fut rapidement oubliée par une dose massive de l’album d’Izia qui me manquait qu’il venait de m’offrir la veille.

 

Mais à  mi-chemin, un second évènement aller encore une fois perturber ma route. Un agent interrompait tout le trafic et intimait tout les automobilistes à aller se perdre dans des chemins secondaires, ceux-là même qui conduisent dans les manoirs hantés des films de série B. Je soupçonne que cet agent n’en était pas un: certainement un nouveau système de marionnette avec magnétophone dissimulé passant la même phrase en boucle. (Ah! Jusqu’où iront les réductions de personnel?)

– Veuillez prendre à droite svp.

– Bonjour, que se passe t-il au juste?

– Veuillez prendre à droite svp.

– Heu… Bien, mais je dois me rendre à Vendeuvre, je rattrape la route de quelle façon?

– Veuillez prendre à droite svp.

– Bon. Hm. Ok. Il y aura surement des panneaux hein, sur ce chemin de terre, n’est ce pas?

– Veuillez prendre à droite svp.

– Ooook. Bon, bonne fin de journée M. l’agent.

– Veuillez prendre à droite svp.

– …

M’engouffrant sur la voie inhospitalière, je cheminais en étant bien attentif à l’environnement proche. On ne sait jamais quel Freddy Krueger pourrait surgir des fourrés sur la gauche, là. Plus loin, je trouvais une route parallèle qui me menait dans la bonne direction: elle était elle aussi gardée par un agent-marionnette-monomaniaque. Je poursuivais donc à m’éloigner de ma destination finale, commençant à imaginer les pires scénarios: et si la route me menait dans ce territoire défendu, cette contrée maudite dont on prononce le nom pour effrayer les petits enfants? Les Ardennes. Je frémissais lorsqu’un troisième agent se présenta à moi, tandis que j’ignorais à présent complètement où je me trouvais.

– Bonjour. Hm. Je voudrais aller à Vendeuvre, mais avec toutes les déviations, je ne sais plus du tout si je suis sur la bonne voie.

– Ah ben non, pas du tout, il faut que vous fassiez demi-tour et que vous preniez à droite au prochain embranchement.

– C’est bien ce que je pensais, mais un de vos collègues barrait aussi cette route.

– Vraiment? Non, c’est une erreur. Attendez je vérifie.

[…]

– Non, il n’y a personne là bas, faites demi-tour.

Rebroussant chemin, alors que la durée de mon trajet avait déjà été doublée, je retrouvais le carrefour, sans agent cette fois-ci. Je retrouvais la route et retournais chez moi avec une nouvelle certitude: conflit nucléaire? Certainement pas! Le deuxième agent croisé ne pouvait être qu’un agent secret du gouvernement affrété en catastrophe pour couvrir la chute d’une soucoupe volante et la découverte d’une nouvelle forme de vie. Et le convoi  croisé précédemment n’était qu’un fait qu’un laboratoire mobile déguisé, évacuant en urgence cet être venu d’un autre monde. Si.

Enfin de retour, je pouvais enfin déballer mon dernier achat: l’abum « Fold it! Mold it! » des Random Recipe. Mon dieu. Trois albums en moins de quinze jours, j’ai triplé ma moyenne annuelle d’un coup.

 

Non cette note n’est pas influencée par le visionnage hebdomadaire de la nouvelle série « V ». Grosse déception d’ailleurs puisque j’en parle, sa seule qualité étant de rappeler la nostalgie de la première série, formidable, comparée à cet ersatz insipide et sans intérêt.

Advertisements